Témoignages de pratiquants

Vous pratiquez, ou avez pratiqué, le Ninjutsu au sein du BKDL, ou encore vous êtes venus faire un essai et vous souhaitez nous laisser un témoignage de votre passage, alors rien de plus simple : cliquez sur ce lien : nous_contacter , et laissez nous vos impressions. Nous nous ferons un plaisir de les retranscrire dans cette rubrique pour ceux qui voudraient avoir un point de vue de pratiquant.

 

Amanda Bruno :
Aujourd’hui ça fait un an que j’ai quitté le Bujinkan Kitamori Dojo Lille et je n’ai pas encore compris tout ce que l’expérience dans ce dojo a signifié et signifie pour mon parcours martial et pour ma vie. J’ai appris beaucoup de choses et il y en a beaucoup d’autres que je n’ai pas encore apprises, mais que j’ai essayé de noter et de mémoriser. Il faut y revenir, les étudier et m’entraîner pour les apprendre. Mais surtout, j’ai compris de ne rien savoir, j’ai vu qu’il y a un monde à découvrir dans le Bujinkan et que j’ai envie de m’engager dans ce parcours, où les bons maîtres sont indispensables. Je remercie encore une fois Cristophe Batilliot pour la direction technique impeccable, pour la générosité, la patience et la bonne humeur dans les cours; Francois Demersseman pour ne jamais être satisfait et pour nous aider à franchir nos propres limites; Nicolas Fauquet pour la précision dans les études des armes en bois; Michaël Henon pour m’avoir accueillie lors de mon premier cours et pour m’avoir encouragée à m’entraîner aussi avec les autres ceintures noires; Fabien Lefebvre qui me disait toujours de frapper plus fort; Dominique Budny pour la gentillesse; Sasha Stepanian pour les conversations vraiment enrichissantes; Tristan Duda et Sylvain pour être toujours motivés; et tous mes collègues pour l’amitié. Au plaisir de vous revoir!

Antoine L :
Je suis un élève inscrit dans vos cours depuis septembre dernier.
J’y suis venu régulièrement pendant 2 mois, mais suite à un emploi du temps en master trop chargé je n’ai pu me libérer pour y assister.
Je comptais simplement vous remercier pour ces cours très intéressants et très complets où l’on apprend énormément et j’espère revenir très rapidement.
Cordialement,
Antoine.
 

Grégory D :
Quand j’ai voulu faire des arts martiaux, à 30 ans, je voulais quelque chose d’accessible à un homme « moyen » (qui n’a pas des bras comme des cuisses) mais qui soit réaliste, pas « de la danse ». Je me suis renseigné auprès de mes amis et l’un d’entre eux m’a conseillé de l’accompagner faire un essai au Ninjutsu. Ce qui m’a tout de suite plu, c’est le bon accueil que j’ai reçu tant par les instructeurs que par les élèves, il y a un esprit de groupe que j’ai vite intégré. L’enseignement m’a surpris par l’étendu des techniques et le nombre d’armes qui sont travaillées (et aussi les coups que prenaient les gradés). J’ai pu pratiquer à mon rythme. Au fil des années j’ai passé mes grades et après 8 ans, bien que j’ai appris énormément je constate avec joie qu’il me reste beaucoup de choses à apprendre. C’est pourquoi je me retrouve dans le Ninjutsu car en plus d’être efficace il prône la persévérance et l’adaptation. 

Thomas D :
Quand je me suis fixé comme objectif de trouver une activité me permettant de me dépenser physiquement et de me sentir plus sur de moi, une personne de mon entourage m’a parlé de l’art martial qu’elle pratiquait depuis plusieurs années : le Ninjutsu. Par curiosité et pour voir de quoi il retournait exactement, j’ai décidé de tenter l’expérience en participant à un stage d’initiation. J’ai été agréablement surpris par la diversité (et l’efficacité !) des techniques existantes (avec ou sans armes), l’accueil réservé aux débutants, et surtout l’ambiance qui règne au sein du club ainsi que l’entraide entre chaque membre. Tous les niveaux se côtoient avec pour seul objectif une progression commune et constante, afin de pouvoir s’adapter et faire face à toute situation qui se présente. Bref, même si je sais qu’il me reste encore beaucoup à apprendre voilà maintenant 2 ans que je pratique quotidiennement le Ninjutsu, et ce sans regrets !

Tiphaine L :
Il y a quelques temps, j’ai décidé de commencer la pratique d’un art martial. En tant que fille, je cherchais quelque chose qui ne soit pas seulement une question de force, et qui soit vraiment efficace. Les sports réglementés pour la compétition ou le loisir ne m’intéressaient pas vraiment, et après quelques recherches, je me suis finalement décidée pour le Ninjutsu. Ca a tout de suite été le coup de foudre, aussi bien avec la pratique en elle-même qu’avec le club. Cela ne fait pas encore un an, mais la pratique au sein du BKDL m’a déjà apporté énormément. Pas seulement sur le plan technique, mais également en terme d’adaptation et de dépassement de soi. Le fait que la pratique soit sans arrêt mise en parallèle avec la vie de tous les jours, à l’extérieur du Dôjô, est sans doute l’un des points que j’ai trouvé les plus intéressants.