Cours d’été

Pendant l’été (en juillet et août), les cours normaux s’arrêtent.

Exceptionnellement un cours sera organisé tous les mercredis en juillet, de 19h30 à 21h45, à l’institut des Arts Martiaux de Lille rue Négrier. Alors pour les adhérents qui ne sont pas encore partis en vacances, n’hésitez pas à prolonger votre entrainement par ce cours exceptionnel !

Stage d’initiation au Parkour (approche du « shoten no jutsu »)

Chaque année,notre club organise une activité annexe en lien avec notre art martial .

Le parkour (ou l’art du déplacement ) s’inscrit dans cette lignée .

Parkour 3

À l’origine de cette discipline française David Belle .

Leur façon de penser s’inscrit dans cette phrase

« le but est de faire face aux obstacles de l’entrainement comme à ceux de la vie quotidienne  »

Franchissement d’obstacles, escalade, sauts, équilibre sont les domaines pratiqués dans le parkour

Parkour 4

qui rejoint les notions du « shoten no jutsu » étudié dans le Ninjutsu (marcher sur les murs, escalade et autres …) de notre pratique .

Parkour 1

En collaboration avec le club Parkour59 de Roubaix , nous avons réalisé un stage d’une journée adapté à tous, ouvert aux dojos de Tourcoing et Valenciennes .

Profitant du temps clément du Nord, le stage s’est déroulé en extérieur, sur les spots du club de Parkour à Roubaix .

Après un échauffement plutôt intense, l’entraînement est progréssif pour tester le niveau des élèves (qui ont relevés le défi) .

Dans le respect des lieux publics, rien de tel que de confronter aux situations réelles avec des experts .

Parkour 5

Belle expérience à renouveler selon les retours des participants.

Alors RDV aux prochains stages .

 

Stage FFST Ninjutsu 2015 à Tourcoing

Certains clubs au niveau national se sont regroupés au travers d’une fédération sportive, en l’occurence la FFST (Fédération Française du Sport Travailliste). Une des plus vieille Fédération française de sports.

Le club de Tourcoing (qui est membre de cette Fédération) a organisé en Octobre une rencontre nationale des clubs au travers d’un stage de 2 jours. Beaucoup de pratiquants  des clubs de toute la France sont donc venus dans le Nord. Ainsi que beaucoup de professeurs et dirigeants de dojo de Ninjutsu.

Même si aujourd’hui notre club de Lille n’y est pas rattaché, c’est avec plaisir que nous y avons participé dans une ambiance qui était très conviviale.

12191656_978816032164832_5202908926322549840_n

 

Stage Koto Ryu et Hanbo

Qu’est-ce qu’un stage de Ninjutsu ? et pourquoi est-ce différent d’un cours ? Focus sur le stage de Novembre 2013…

La question peut paraître simpliste mais voici quelques éléments qui devraient vous aider à mieux comprendre les objectifs et l’intérêt d’un stage.

C’est entre autre l’occasion de travailler avec des élèves, des partenaires venant d’autres dôjôs, par exemple de Valenciennes et de Tourcoing. Parfois de Liège, de Lyon, de Marseille, etc … Et même parfois des pratiquants d’autres arts martiaux qui souhaitent découvrir le Ninjutsu et ses techniques.

Un stage c’est d’abord un rythme, et une durée différente d’un cours.

Un cours, entre l’échauffement et le travail des bases, reste au final relativement « réduit » en temps de progression.

Un stage c’est justement le luxe de pouvoir travailler, de l’échauffement, jusque la fin de la journée, les aspects techniques, les détails, l’esprit, l’histoire, les spécificités, d’une (ou des) école(s) (Ryu) qui composent le Bujinkan et le Ninjutsu, d’une ou des armes.

stage koto ryu 1

Lors de ce stage, par exemple, nous avons travaillé les sauts de façon isolée dans un premier temps, pour s’entraîner à être stable à la réception, puis au sein de plusieurs enchaînements face à un adversaire (en marchant l’un vers l’autre) : outre la stabilité, il est nécessaire d’être rapide, de masquer la prise d’impulsion, c’est à dire marcher de façon naturelle sans donner d’indication physique (accélération du pas, déviation de sa trajectoire, etc.) et à la réception du saut d’avoir un placement du corps permettant une frappe puissante.

Stage koto ryu 2

Plus particulièrement sur l’école Kotô ryû :

L’école Koto-ryu (qui signifie école pour abattre le tigre) semble être une école basée en partie sur la puissance, mais elle prend tout son sens quand on fait appel au Koppôjutsu, la méthode de travail qui utilise l’ossature humaine et le squelette, afin de créer une gêne, un déséquilibre, une posture chez l’adversaire qui lui est contraignante, et qui permet de rentrer la technique en lui donnant de la puissance, tout en limitant les risques. Le travail subtile de « déstructuration »  du squelette de l’adversaire (l’adversaire est placé dans une position anti-anatomique l’empêchant de riposter et décuplant l’efficacité des frappes/clés) doit être obtenu sans utilisation de la force, en se positionnant par exemple dans des angles par rapport à l’adversaire qui permettent d’être fort.

Le travail sur les pas croisés augmente le fait  de se déplacer sans donner d’indices, car le haut du corps ne semble pas bouger pour l’oeil adverse, tout en n’étant plus là ou il était .

Lors de ce stage, Christophe a mis en évidence l’état d’esprit suivant : « il n’y a qu’un tigre qui puisse abattre un autre tigre, donc devenez vous-même un tigre et déplacez vous comme lui. Il bondit, sort les griffes lorsque nécessaire, le tout bien entendu dans un cadre maîtrisé car nous restons ici dans le cadre de l’entrainement et du respect de l’autre. »

hanbo et koto ryu

En ce qui concerne le travail du Hanbô : l’idée principale est d’utiliser le bâton court en tant que prolongement de son propre corps, ce qui permet d’appliquer par exemple les mêmes principes sur le squelette de l’adversaire, tels que vus à mains nues. Notamment en utilisant les sauts voir des saisies, avant le début de l’attaque adverse.

Stage koto ryu et hanbo 2

Voilà au final en quoi un stage se révèle très « différent » en enseignements (et en même temps très peu en terme de contenu) d’un cours habituel de la semaine.

Une rentrée attendue …

Ce n’est pas la rentrée des classes, mais c’est tout comme.

Les entraînements ont repris.

C’est un moment attendu par beaucoup : on revoit des connaissances, des amis que l’on a pas forcément vu depuis les 2 mois de vacances.

Et puis le retour à une pratique « physique » que l’on apprécie c’est toujours un bon moment.

Ninjutsu Lille : rentrée 2013 au BKDL

Ninjutsu Lille : rentrée 2013 au BKDL

Ce qui est intéressant avec les arts martiaux, le nôtre notamment, c’est que les valeurs, la philosophie, l’état d’esprit font que les plus gradés intègrent et aident les « nouveaux »,et ce qui viennent faire un essai gratuit [http://ledojodelille.com/essai-gratuit/], à trouver leur place au sein du groupe, et les aident dans le travail des techniques vues pendant le cours.

rentrée 2013 au BKDL pour le Ninjutsu à Lille

rentrée 2013 au BKDL pour le Ninjutsu à Lille

Bien sûr on revoit des bases (entre autres kihon happo). Mais on profite aussi pour tout de suite, refaire un peu de travail avec armes (tanto, Boken, …).

Bref une bonne reprise !

C'est reparti ! (mis à jour au 03/09/2013)

Ninjutsu bujinkan lille

la reprise c’est sur les tatamis

 

Les vacances se terminent et les dates de reprises des entraînements se rapprochent !

Voici en détails, les dates de reprise :

- cours du mardi : reprise le 3 septembre

- cours du mercredi : reprise le 4 septembre

- cours du jeudi : reprise le 5 septembre

- cours N°1 du vendredi : reprise le 6 septembre

- cours N°2 du vendredi : !  reprise :  le 4 octobre

Bon retour sur les tatamis !

Les Aikidoka de Marcq viennent faire un essai de Ninjutsu

Nous avons souvent la

visite lors de stage ou de cours en semaine pour un essai gratuit, de pratiquants d’autres arts martiaux.

Entre pratiquants « martial »,

nous accueillons avec beaucoup de plaisir et de simplicité ceux qui souhaitent découvrir le Ninjutsu.

Ce mercredi 6 juin, ceux sont des Aikidoka qui sont venus faire un essai.

La suite ici : www.marcqaikido.com/?p=1517#more-1517

Le Ninjutsu par "L'Art de la Voie"

Ninjutsu - art de la voie N°8

Ninjutsu – art de la voie N°8

Antoine Thibaut, rédacteur de  » l’art de la voie « , est venu s’entraîner avec nous et a réalisé avec l’aide de Christophe Batilliot, un N° spécial sur le Ninjustsu, disponible ici : http://www.masterfight.net/lart-de-la-voie/

Antoine Thibaut, ayant pratiqué plusieurs arts martiaux (jujutsu, taiji quan, Y quyen vo thuat et karaté wadokan), ce passionné d’arts martiaux a créé le magazine l’art de la Voie pour partager sa passion et apporter sa pierre à la propagation de la culture martiale.

L’art de la voie est un magazine sur les arts martiaux créé par un passionné et disponible gratuitement sur internet. Ce magazine a pour but de permettre à chacun et chacune d’avoir des connaissances synthétiques sur les arts martiaux, leurs histoires, leurs philosophies… Mais vous y retrouverez aussi une part de l’héritage des maitres et leur biographie ainsi que les témoignages de professeurs et de maitres de différentes disciplines. Le tout se retrouve dans un ensemble synthétique et sans a priori.

Voici un court extrait de ce magasine :

 » Le combat à mains nues (Ninpô Taijutsu)

La partie combat à mains nues est une composante importante du Ninjutsu historique mais encore plus du Ninjutsu dit << moderne>> (le Ninjutsu enseigné à des pratiquants civils du 21ème siècle).

La partie

combat à mains nues est découpée en 3 grandes familles de techniques qui sont :

Le Taienjutsu, ou l’art des mouvements du corps. Cette partie intègre l’art de passer d’une position à une autre, de marcher, de se déplacer, d’esquiver, de rouler, de grimper et de faire certaines acrobaties utiles au combat ou à la survie. C’est une partie parfois négligée dans d’autres arts martiaux mais fortement travaillée en Ninjutsu. Sans une capacité à se déplacer avec précision et liberté, il n’est pas toujours possible de combattre avec justesse.

Le Dakentaijutsu, ou l’art d’utiliser le corps pour frapper. C’est l’ensemble des techniques utilisées pour parer des coups et surtout frapper. Plusieurs influences anciennes sont ainsi présentes et intégrées : l’art de renforcer les armes naturelles du corps (poings, doigts, tranchant de main, pieds, têtes, …) l’art d’utiliser le squelette pour combattre (Koppojutsu), l’art d’utiliser les extrémités des doigts (kosshijutsu), l’art du travail en armure ou contre armure (Yoroi Kumi Uchi), … Ces techniques s’appuient sur une forte connaissance des faiblesses du corps humain : points vitaux (Kyusho), zones peu protégées, points de pression, …

Le Jutaijutsu, ou l’art des techniques souples. C’est l’ensemble des techniques de type saisies, contrôles, clés, projections, balayages, pressions, et étranglements. Il s’agit là d’une spécificité assez japonaise liée au développement historique des méthodes de lutte (Sumo) et de Jujutsu. Les techniques de contrôle et de clés ont pour objectif de contraindre et de contrôler l’ensemble du squelette adverse. Ainsi, quelle que soit la partie que l’on saisit (coude, doigt, pied, …), il faut être capable de transférer le contrôle dans toute le reste du corps et d’empêcher l’adversaire de pouvoir faire quoi que ce soit au final.

En Ninjutsu, les Armes ne sont que le prolongement du corps »