1er stage de l'année : une rentrée dynamique et technique

Stage rentrée
Exercice de placement (Kamae) et de coupe (Kiri) dans le vide au Tachi

Le stage de rentrée s’est déroulé autour du thème « retour Japon », c’est-à-dire axé sur les techniques apprises/travaillées cet été au Japon par Christophe et ceux qui ont eu la chance de l’accompagner lors de ce séjour.
Le stage a ainsi été découpé en 2 parties : le travail à mains nues et le travail avec arme.

Le travail à mains nues était orienté sur des techniques d’écoles (Kotô Ryû, Takagi Yôshin Ryû,…) ou des techniques de type « défense réelles » (Shinken Gata) mais avec de nombreuses variantes à chaque fois, l’idée étant de pouvoir travailler autour d’un axe central « commun » mais en explorant les libertés et adaptations possibles lorsque la situation l’exige. Ce qui amène à forcer à la fois le cerveau et le corps à s’adapter en permanence aux changements, même subtiles, et à devoir gérer/ac le « non prévu ».

Tachi
Technique de « contre » pour permettre au Tachi de trancher (forme de Jûmonji/Jûji)

Le travail avec armes était orienté sur le Tachi : un sabre, qui dans l’histoire du Japon et des armes, est apparu bien avant le Katana. Il a la particularité d’être à l’origine un sabre de cavalerie. Il possède une lame courbe d’au moins 70 cm.

Le point où la courbure de la lame est la plus forte, se situe souvent dans le premier tiers (sur un Katana, il se situe en général vers le milieu). Cette forme rend le dégainé plus facile lorsqu’il fallait le faire à cheval et donne plus de coupant en mouvement. La courbure est également plus importante que sur les sabres « modernes ». A la différence du Katana (porté tranchant vers le haut), le Tachi se porte la plupart du temps suspendu à la ceinture, tranchant vers le bas. Il est aussi plus long en moyenne qu’un Katana.

Tachi
Technique de contrôle/soumission au corps à corps avec le Tachi

Le Tachi étant souvent utilisé avec une seule main. Pour ceux qui ont pris leur repères avec un Katana, cela nécessite donc une adaptatation

des « vieux réflexes » (prise à deux mains) et des repères, tant au niveau des positions du corps que du maniement dans l’espace du sabre.

Taihenjutsu
Taihenjutsu (ici le saut de mains avant ou « Zenpô Tenkai »)

La première heure de l’après midi, réservée aux ceintures noires et instructeurs, était principalement orientée sur des techniques de Taihenjutsu (déplacement et acrobaties faisant partie du « Ten Ryaku No Maki »). Ces techniques sont utilisées en déplacement, mais également en « contre », en esquive et pour faciliter la fuite de façon surprenante (école Togakure Ryû, par exemple). Avec le matériel nécessaire, certaines techniques un peu « acrobatiques » permettent de travailler en toute sécurité sa propre appréhension, le développement de la confiance en soi et la relation que l’on entretient avec l’espace, son corps et la pesanteur. Ces techniques font partie intégrante de l’enseignement de notre art martial.

Tachi
Coupe à une seule main au Tachi / la dynamique diffère un peu du Katana

Durant cette journée, nous avons eu le plaisir d’accueillir de nombreux pratiquants des Dôjô de Lille, Tourcoing, Montpellier et même de Belgique (Liège). Nous vous rappelons au passage que les pratiquants d’autres arts martiaux sont les également les bienvenus : pour preuve, cette fois-ci, nous avons eu le plaisir d’accueillir un ceinture noire de Taijitsu/Taijutsu ! Avis aux amateurs… :-)

Laisser un commentaire